InVS, quand l’alimentation rend malade

L’InVS (Institut de veille sanitaire) à publié son rapport annuel qui rend compte de son activité et des principaux résultats produits dans l’année, au niveau national et régional.

L’année 2014 a vu le rapprochement de l’InVS, l’Inpes et l’Eprus, qui donnera naissance, en 2016, à l’agence nationale de santé publique.

Quand l’alimentation rend malade

Les intoxications d’origine alimentaire sont parfois à l’origine de pathologies graves, voire létales. Lorsqu’elles plusieurs personnes, on parle de toxi-infection alimentaires collectives (TIAC). Celles-ci fond l’objet d’investigations pour identifier la source, retirer les produits concernés et, si nécessaire formuler des recommandations pour l’industrie agroalimentaire.

En s’appuyant sur différents dispositifs, comme les déclarations obligatoires, les centres nationaux de référence, les réseau de cliniciens ou de biologistes,etc., l’InVS surveille en continu 17 agents pathogènes (bactéries, virus, parasites et prions).

En 2014, 1384 TIAC, impliquant 12 124 malades ont été ainsi déclarées, mais aussi 10 680 cas de salmonellose, 6 048 gastroentérites à campylobacter, 359 cas de listériose et 11 cas de botulisme.

Le nombre réel des infections d’origine alimentaire reste toutefois très sous-estimé, de nombreux patients ne consultant pas et n’ayant pas d’examen de laboratoire pour identifier la cause. Les travaux de l’InVS sur 2014 ont permis de reconstituer  l’incidence réelle des salmonelloses, environ 192 000 cas et 4 300 hospitalisations par an. Les gastroentérites à campylobacter représenteraient 528 000 cas et 5 200 hospitalisations.

L’eau n’est pas sans risque

En France, les épidémies liées à des pollutions accidentelles de l’eau du robinet (le plus souvent des gastroentérites aiguës (GEA)) sont rares, mais n’ont pas disparu. Depuis 2009, une vingtaine d’épidémies d’origine hydrique ont été rapportées ou suspectées par les acteurs locaux.

Liens utiles

Rapport annuel 2014

Pulications et outils InVS

Guide de détection et d’investigation des épidémies liées à l’ingestion d’eau du robinet

Institut de veille sanitaire

Inpes

Eprus

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *