Mastication et satiété, rôle dans le risque d’obésité

Selon une étude, moins mâcher ses aliments consommés serait un facteur de risque d’obésité. En effet, la mastication modulerait la sécrétion d’hormones du rassasiement et de la satiété. En intervenant sur la mastication, on pourrait favoriser la perte de poids.

L’étude s’est portée sur un groupe de 16 personnes minces et un autre de 14 obèses. Les chercheurs ont procédés à 2 essais afin de déterminer les différences de comportement masticatoire ainsi que l’influence de la mastication sur la libération d’hormones impliquées dans le rassasiement et la satiété.

Conclusions

Bien qu’ils consomment des bouchées de même taille, les participants obèses mâchent moins que les minces.

Augmenter le nombre de mouvements masticatoires, en passant de 15 à 40 mouvements par bouchée, diminue la quantité d’énergie ingérée de 11,9%, et intervient dans la modulation de sécrétion d’hormones.

En revanche, l’étude conclue que ni les concentrations de glucose et d’insuline, ni la sensation de satiété ne dépendent du nombre de mastications.

La mastication interviendrait donc dans la régulation des ingesta énergétiques via une modulation de sécrétion de certaines hormones (notamment de ghréline, CCK et GLP-1).

Proposer aux personnes en surpoids de bien mâcher ou de choisir préférentiellement des aliments qui demandent un effort de mastication pourrait faire partie des méthodologie à proposer pour favoriser la perte de poids.

Ainsi une autre étude, à mis en évidence que les personnes qui mangeaient de préférence des aliments durs et fermes donc demandant un effort supplémentaire de mastication, avaient un tour de taille plus fin que les autres, pour une même quantité de calories ingérées.

Liens et documents utiles

Pub med, Improvement in chewing activity reduces energy intake in one meal and modulates plasma gut hormone concentrations in obese and lean young Chinese men

Pub med, Hardness (difficulty of chewing) of the habitual diet in relation to body mass index and waist circumference in free-living Japanese women aged 18-22 y

Cerin, Bien mâcher pourrait aider à perdre du poids en modulant la sécrétion d’hormones satiétogènes

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *