Contamination par les salmonelles

La DGCCRF vient de publier les résultats de l’enquête qu’elle a conduit et destinée à surveiller la présence de salmonelles et d’entérobactéries dans les aliments pour volailles et les matières premières.

Les prélèvements ont été effectués chez les fabricants d’aliments composés, les intermédiaires : négoce, stockage et les producteurs de matières premières. Les matières premières ciblés ont été le maïs, le colza, le soja et le tournesol.

Cible Résultats
165 établissements visités
357 prélèvements
15 échantillons ont démontré la présence de salmonelles
6 échantillons ont révélé un taux d’entérobactéries trop élevées

1 avertissement relatif aux analyses
7 avertissements pour défaut d’hygiène
2 mesures de police administrative

La DGCCRF a vérifié et a mesuré la présence de :

  • salmonelles dans les aliments destinés aux volailles et dans les matières premières utilisées pour la fabrication de ces aliments ;
  • le nombre d’entérobactéries dans les aliments destinés aux reproducteurs, en tant qu’indicateurs d’hygiène.

Les matières premières oléagineuses (type tourteaux et pellets), identifiées comme comportant le plus de risques, représentent 77 % des prélèvements.

87 % des aliments composés prélevés sont des aliments complets (essentiellement des produits destinés aux poules pondeuses).

Le plan de contrôle révèle un taux moyen de contamination par Salmonelle de :

  • 2,5 % pour l’ensemble des prélèvements;
  • 2,3 % des aliments pour animaux;
  • 2,9 % des matières premières.

La présence d’entérobactéries à été aussi analysé même si celles-ci ne permettent pas de conclure à la dangerosité de l’aliment mais constituent un bon indicateur sur les bonnes pratiques d’hygiène.

25 % des prélèvements sont déclarés non satisfaisants et 12,5 % « à surveiller ».

A l’exception des aliments destinés aux poules et aux dindes reproductrices, aucun critère microbiologique n’est défini dans la réglementation pour animaux. La majorité des résultats « à surveiller » ou « non satisfaisants » n’ont donc pas fait l’objet de poursuites pénales.

Le changement des méthodes de prélèvement a permis d’améliorer la détection de ces agents et explique la hausse du taux global de non-conformités qui est passé de 0,3 % en 2013 à 2,3 % en 2014. Ce chiffre reste toutefois assez bas. La contamination est plus importante dans les matières premières que dans les aliments composés.   

Lien utile

Plan de surveillance des salmonelles dans les matières premières et les aliments pour volailles

Références réglementaires

Règlement (CE) n° 2160/2003 relatif au contrôle des salmonelles et autres agents zoonotiques. 

Les éléments ci-dessus sont donnés à titre d’information. Ils ne sont pas forcément exhaustifs et ne sauraient se substituer à la réglementation applicable.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *