Accord UE-Japon : reconnaissance de plus de 200 produits agricoles européens d’origine géographique spécifique

Les principaux éléments de l’accord de partenariat économique UE-Japon concernant l’agriculture et produits alimentaires

Le Japon est un marché d’exportation très précieux pour les agriculteurs et les producteurs de denrées alimentaires dans l’UE. Avec des exportations annuelles d’une valeur de plus de 5,7 milliards d’euros, le Japon est déjà le quatrième marché de l’UE pour les exportations agricoles.

  • Viandes

L’accord supprimera ou réduira considérablement les droits sur les produits agricoles pour lesquels l’UE a un grand intérêt à exporter, comme la viande de porc, principale exportation agricole de l’UE au Japon, permettant ainsi le commerce de viande de porc transformée en franchise totale et celui de viande de porc fraîche en franchise presque totale. Les droits sur la viande bovine seront ramenés de 38,5 % à 9 % sur une période de quinze ans pour un volume important de produits à base de viande bovine.

  • Boissons

Les exportations de vin de l’UE vers le Japon se chiffrent déjà à environ un milliard d’euros et représentent la deuxième exportation agricole de l’UE vers le Japon en valeur. Les droits sur le vin (qui s’élèvent actuellement à 15 %) seront supprimés dès le premier jour, de même que les droits applicables aux autres boissons alcoolisées.

La bière: à partir de 2018, les bières européennes pourront être exportées en tant que telles, et non plus en tant que «boissons rafraîchissantes alcoolisées». Elles seront également taxées de manière similaire, ce qui supprimera les différences de traitement.

  • Fromages

En ce qui concerne les exportations de fromage, secteur où l’UE est déjà le principal acteur sur le marché japonais, les droits élevés sur de nombreux fromages à pâte dure comme le gouda et le cheddar (atteignant aujourd’hui 29,8 %) seront éliminés et un contingent exempté sera établi pour les fromages frais comme la mozzarella.

  • Autres denrées

L’accord UE-Japon abolira (moyennant une période transitoire), les droits de douane sur des produits agricoles transformés comme les pâtes alimentaires, les chocolats, le cacao en poudre, les bonbons et confiseries, les biscuits, les produits dérivés de l’amidon, les préparations de tomates et la sauce tomate. Il y aura également d’importants contingents (exemptés ou à droit réduit) pour les exportations européennes de malt, de fécule de pomme de terre, de lait écrémé en poudre, de beurre et de petit lait.

  • Indications géographiques

L’accord UE-Japon reconnaît un statut spécial, garant d’une protection sur le marché japonais, à plus de 200 produits agricoles européens d’origine géographique spécifique, que l’on appelle «indications géographiques», par exemple Roquefort, Aceto Balsamico di Modena, Prosecco, Jambon d’Ardenne, Tiroler Speck, Polska Wódka, Queso Manchego, Lübecker Marzipan ou Irish Whiskey. Ces produits bénéficieront au Japon d’un niveau de protection identique à celui dont ils jouissent actuellement dans l’UE.

L’accord n’abaissera pas les normes de sécurité et n’obligera pas non plus les parties à modifier leurs choix politiques internes sur des questions telles que l’utilisation des hormones ou les organismes génétiquement modifiés (OGM).

Lien utile

Commission européenne – Fiche d’information Les principaux éléments de l’accord de partenariat économique UE-Japon

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *