TIAC 2014 en Europe

Le rapport conjoint de l’EFSA et de l’ECDC sur les intoxications alimentaires vient d’être publié. Il présente les résultats des activités de surveillance des intoxications en 2014 dans 32 pays européens (les 28 États membres ainsi que la Suisse, la Norvège, le Liechtenstein et l’Islande).

Les TIAC : définition et chiffres

C’est ce dont on souffre quand on est malade après avoir ingéré des aliments ou de l’eau contaminée par des bactéries, des virus, des parasites ou des substances chimiques.

La plupart des toxi-infections alimentaires sont bénignes et ne durent que quelques jours. Leurs conséquences peuvent toutefois être plus graves, allant même jusqu’au décès. Les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées et celles dont le système immunitaire est affaibli sont les populations les plus sensibles.

Les symptômes

  • Crampes ou douleurs abdominales
  • Diarrhée
  • Nausées
  • Vomissements
  • Fièvre
  • Maux de tête

Répartition des TIAC par agent dans l’UE , 2014

Dans une bonne partie des cas, il n’y a pas d’information relative à l’agent ayant pu causer la TIAC mais les Salmonelles restent la première source bactérienne d’intoxication en 2014. Le nombre de foyers épidémiques signalés de Salmonella au sein de l’UE a tout de même diminué de 44% depuis 2008 alors que celui lié aux virus a représenté une augmentation de 105,4% depuis 2011.

L’histogramme ci-dessous montre les évolutions du nombre de TIAC par agent entre 2008 et 2014.

Les infections de Listériose signalées chez l’homme ont augmenté de 16% et celles liés aux Campylobacters ont augmenté de 10% par rapport à 2013.

Dans ce rapport, la catégorie « toxines bactériennes » correspond aux toxines produites par Bacillus, Clostridium et Staphylococcus et leurs nombres de foyers restent plutôt stable. On note une légère baisse des cas d’Escherichia coli.

Quels sont les aliments qui ont véhiculé les intoxications ?

Le grand gagnant :  les œufs et produits à base d’œufs avec 18%. Suivent les produits mixés 13%, puis à 9% les autres denrées alimentaires (vaste catégorie pour les autres aliments ou une origine non déterminée).

En cette période de fête, à surveiller : les crustacés, coquillages, mollusques et produits dérivés car on voit qu’ils représentent tout de même 8% des aliments qui ont induit une TIAC.

Dans quel cadre se déclarent les TIAC ?

fig3

Eh surprise ! Bien au contraire de ce que l’on pourrait penser, le premier foyer des intoxications alimentaires est le cadre familiale avec 37%, suit le secteur de la restauration commerciale, des café, pubs, bars, hôtels avec 26%. La vente à emporter et la restauration rapide ne représentent que 1,4%. On retrouve également moins de foyers dans le secteur de la restauration collective, cela est certainement lié au fait que la réglementation y est plus stricte.

Les aliments contaminés ne se distinguent pas

Les micro-organismes à l’origine des toxi-infections ne se voient pas, ne sentent pas, ni ne présentent de goût particulier. Vous devez donc faire preuve de vigilance et faire en sorte qu’ils contaminent le moins possible vos denrées et ne puissent pas se multiplier.

Nombre de cas et de décès

En 2014, un total de 5 251 foyers de toxi-infection alimentaire (comprenant les contaminations d’origine hydrique), ont été signalés dans l’UE. Ce qui correspond à 45 665 cas humains, 6 438 hospitalisations et 27 décès (dont 25 attribué à Campylobacters).

De plus, on comptabilise 210 décès dus à la listériosese, 14 dus à la salmonellose, 7 décès dus au verocytotoxigenic Escherichia coli (VTEC), et 2 liés aux virus.

Noter que les chiffres de ce rapport sont liés aux cas déclarés, dans la majorité des cas les gens ne se rendent pas chez le médecin en cas d’intoxication et attendent que « ça passe ». Les chiffres réels sont plus élevés mais ce type de rapports nous permets d’avoir des tendances.

Liens et documents utiles

Les infections à Campylobacter et Listeria toujours en hausse dans l’UE – déclarent l’EFSA et l’ECDC

The European Union summary report on trends and sources of zoonoses, zoonotic agents and food-borne outbreaks in 2014

ECDC’s Food- and Waterborne Diseases and Zoonoses Programme

EFSA – Zoonotic diseases

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28 mars 2017

    […] irréprochable. On avait des milliers de morts d’intoxication alimentaire en 1960 contre quelques centaines aujourd’hui et les alerte sur les pesticides ne font que baisser. Certes, le goût n’était pas la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *